Capture 1864
Paroisse de Sainte-Marie 1864

1801 – Ouverture des registres de la paroisse Sainte-Marie et construction d’un presbytère-chapelle.

chapelle-presbytère rue cl.ramezay
Presbytère-chapelle

24 janvier 1832 – Érection canonique. Constitution de la paroisse de Sainte-Marie-de-Monnoir.

10 juillet 1835 – Érection civile de la paroisse (formation d’un conseil d’élus).

 

église baptiste1852
Église évangélique baptiste

22 septembre 1852 – Ouverture de l’église évangélique baptiste.

1er juillet 1855 – Constitution de la municipalité de paroisse de Sainte-Marie-de-Monnoir (Acte 8 Vict. Chap. 40).

16 août 1858 – Constitution de la municipalité du village de Marieville par détachement de celle de la paroisse Sainte-Marie-de-Monnoir (Acte 22 Vict. Chap. 101).
« De toutes les raisons invoquées quant à cette division d’une localité rurale en deux corporations municipales distinctes, celle de la répartition du fardeau fiscal est la plus souvent mentionnée. En effet, les taxes, qui servent à l’amélioration des services, doivent être partagées entre tous les contribuables d’une localité. Or, dans plusieurs localités, il est de plus en plus courant qu’une partie de la population refuse de payer pour des services profitant à une autre partie de la population.

De fait, les résidents des campagnes et des villages sont loin d’avoir des intérêts similaires. Les premiers se préoccupent particulièrement de l’ouverture des chemins de colonisation, de l’entretien des fossés et des chemins pendant la saison hivernale alors que les villageois souhaitent la réfection des trottoirs, le pavage et l’éclairage des rues, et éventuellement l’installation d’un réseau d’aqueduc et d’égouts, l’établissement d’équipements de loisirs, etc.. »

1870 – Le premier code municipal est adopté par l’Assemblée nationale du Québec. Les municipalités demeurent responsables de leur voirie locale et de leur approvisionnement en eau potable. Elles obtiennent aussi le pouvoir de promouvoir la mise en place d’infrastructures contribuant à la santé et au mieux-être de la population. C’est dans ce contexte que naît au village, en 1888, le parc Crevier. Plus tard, un industriel du village, le Dr Jacques Franchère, mettra en place le premier système d’aqueduc. S’approvisionnant aux sources captées par la montagne de Rougemont, cet aqueduc de bois d’épinette rouge courait sur 25 milles. Il en sera ainsi jusqu’à la construction de l’usine de filtration d’eau de Carignan (sur le bord de la rivière Richelieu) en 1960, et finalement la constitution de la Société d’exploitation de la centrale de traitement d’eau Chambly-Marieville-Richelieu (SECTEAU) le 22 juin 1979.

1873 – À l’initiative du docteur Jacques Franchère, la première industrie s’installa à Marieville. Il s’agissait d’une manufacture de chapeaux de paille. Un autre citoyen influent, M. Edmond Guillet, entra lui aussi dans l’ère industrielle en fondant une manufacture de chapeaux de feutre, trois ans plus tard.

22 septembre 1877 – Une ligne de chemin de fer de la compagnie Montréal Portland and Boston Railway est inaugurée (début de construction) entre Marieville et Saint-Césaire. La corporation du village de Marieville votera une aide financière de 2000$ pour encourager la réalisation de cette infrastructure.

9 janvier 1889 – Ouverture de la Chambre de Commerce du comté de Rouville avec 49 marchands membres. Le premier conseil d’administration était composé d’un président: Edmond Guillet; d’un vice-président: Hégessipe Desmarais; d’un secrétaire-trésorier: François Harpin, ainsi que des représentants des municipalités de Marieville (3), Saint-Césaire (2), Rougemont (1) et Sainte-Angèle (1).

1889 -Installation du commutateur numéro 47 du téléphone Bell. En 1924, 100 téléphones étaient installés; 500 en 1948; 1000 en 1956. La conversion à l’automatique fut installée en 1959.

20 mai 1905 – La municipalité du village devient la Ville de Marieville.

23 février 1907 – Incendie du collège classique (petit séminaire).

27 mars 1907 – Incendie de la première église (située dans le parc Crevier en face du presbytère-chapelle).

1er septembre 1908 – Arrivée de l’électricité dans la communauté. M.Edmond Guillet aurait éclairé ses manufactures de chapeaux à l’électricité à partir de 1895 environ. Il aurait fait installer dans ses deux manufactures une génératrice autonome qui utilisait un courant alternatif comme aux États-Unis (Westinghouse) avec ampoules électriques à la manière de celles d’Edison.

1915 – Inauguration (début de construction) de l’actuelle église paroissiale.

1923 – La population de la paroisse est de 3000 âmes.

1990 – La population de Marieville est de 4913 habitants, celle de Sainte-Marie-de-Monnoir 2235.

14 juin 2000 – Réunification des municipalités de Sainte-Marie-de-Monnoir et de Marieville par le décret 644-2000. Celle-ci permettra à la communauté de se développer.