Marievilleqc

Marieville en tête

Culture

Historique de la bibliothèque
L’Union musicale de Marieville
Le théâtre National

Le cercle dramatique

Historique de la bibliothèque

La Bibliothèque commémorative Desautels fut inaugurée le 3 juin 1967 par l’honorable Yves Gabias, alors secrétaire de la province, qu’entouraient pour la circonstance de nombreux invités d’honneur, dont Monsieur Simon-Pierre Rainville, directeur au Service du Centenaire, Messieurs Yvon Hamel et Jérôme Proulx, députés de Rouville et de Saint-Jean à l’époque, Monsieur le maire Jacques Marcoux et tous les  échevins, d’autres notables de la ville et de la région, de même que plusieurs personnalités des différents gouvernements.

 

Pourquoi la désigne-t-on ainsi? Commémorative d’abord, parce que c’est un monument commémoratif du centenaire de la Confédération, payé en grande partie par des octrois que les gouvernements, fédéral et provincial, distribuaient généreusement à l’occasion des fêtes du centenaire, et Desautels, parce que c’est aussi un monument à la mémoire de Monsieur Pierre Desautels, natif de Marieville, dont le testament, rédigé en 1922, stipulait qu’une somme de 75,000$ était léguée à la ville, spécifiquement pour l’érection d’une bibliothèque. (Voir l’extrait du testament).

Avant 1967, ce legs n’aurait pas suffi à couvrir les frais de la construction et de l’ameublement, mais avec les octrois mentionnés plus tôt, le problème financier disparaissait et, par le fait même, le projet de doter Marieville d’une bibliothèque imposante devenait possible. Fort de l’appui du Service du Centenaire ainsi que des autorités scolaires régionales et locales, nos édiles municipaux n’ont pas ménagé leurs efforts pour réaliser leur rêve et après quelques mois de démarches, de négociations, d’appels de soumissions, d’assemblées spéciales, etc., le désir de Monsieur Desautels enfin se concrétisait.

Bibliothèque commémorative Desautels 1967

L’édifice moderne présente à l’extérieur un ensemble harmonieux de briques, de verre et d’immenses panneaux de béton. À l’intérieur il existe une ambiance plaisante de sobriété, de confort et de clarté qui invite à la lecture, à l’étude, à la recherche et à la réflexion. À l’ombre de l’église et des vieux arbres du parc, à proximité des écoles, l’immeuble occupe un emplacement de choix, central et facile d’accès. Les architectes qui ont conçu  et tracé les plans de cette bibliothèque étaient Messieurs Maurice Robillard, Réginald Brunet et François Rousseau; quant au contrat pour l’érection de la bâtisse, il était alloué à Marieville Construction, une compagnie locale.

Extrait du testament

 

de M. Pierre Desautels

«PIERRE DESAUTELS, rentier, de la ville de Farnham, connu à Montpelier, Vermont, pour avoir servi comme soldat volontaire dans la guerre de Sécession aux Etats-Unis, dans la Compagnie 1 du 13e régiment de l’État du Vermont, sous le nom de Peter-G. Dewey;»

«Né à Marieville, étant peut-être le plus ancien élève du collège de Monnoir où j’ai fait mes études, connaissant l’importance de l’instruction et désirant que mes biens, qui ne peuvent être distribués en ligne directe vu que deux seuls enfants décèderont sans postérité, soient employés aussi utilement que possible, je lègue d’abord à la Corporation de la Ville de Marieville, corporation municipale ayant son bureau en cette ville, pour l’érection, le maintien de l’entretien, à perpétuité, d’une bibliothèque publique à Marieville, une somme de soixante quinze mille piastres, payable dans les deux ans qui suivront le décès de celle de mes deux filles qui décèdera la dernière, sans intérêt. Je donne toute liberté au conseil municipal de cette ville pour l’achat de terrain et l’érection de l’édifice, confiant qu’il fera bien les choses. Je demande que l’on donne mon nom à la bibliothèque».

Un projet de nouvelle bibliothèque

En 2012, pour répondre aux besoins futurs de la Ville et de sa population grandissante, la vision du Conseil est de démolir l’ancien bâtiment et de procéder à la construction d’une nouvelle bibliothèque. Les démarches sont amorcées pour la nouvelle bibliothèque, mais un tel dossier, de longue haleine, nécessite la participation de plusieurs intervenants. Pour continuer d’offrir un service, la bibliothèque a déménagé au sous-sol de l’église Saint-Nom-de-Marie et selon une entente gardera le nom de Bibliothèque commémorative Desautels en mémoire de Monsieur Pierre Desautels.

–Note : Les textes ci-dessus sont reproduits tels qu’ils apparaissent sur le site de la ville de Marieville, sous l’onglet Loisirs et culture.


L’Union musicale de Marieville

hôtel de ville ancien
Hôtel de ville 1931
L’Union musicale fut elle aussi un phare de la culture de la communauté durant plusieurs décennies. Ses locaux étaient dans l’Hôtel de ville, à l’endroit où se situe présentement la salle du conseil. C’est dire l’importance que la communauté lui reconnaissait.
union musicale 1907
Union musicale 11 juillet 1907
                                                                                                                                                                   
L’union musicale qui prit naissance en l’an 1900 aurait été précédée par deux  autres formations similaires. Nous savons aussi que le Collège de Monnoir possédait sa propre fanfare et sa troupe de théâtre.   
                                                                                                                                             


Le théâtre National

théâtre nat.
Le Théâtre National 1914

Le Théâtre National comptait 900 sièges et était situé du côté Est de la rue Sainte-Marie et au sud de la rue Du Pont, sur les lots 65-6 et 66-1.

Durant un demi-siècle, le Théâtre  National donna des représentations cinématographiques et du théâtre grâce à des troupes locales et de l’extérieur. Par la suite, il devint le cinéma Rio, jusqu’à sa démolition en 1976.


Le Cercle dramatique

Cette société artistique et littéraire qui fut fondée en mars 1922, n’existe malheureusement plus.

cercle dramatique

Cercle Dramatique sept. 1936_edited
Le Cercle dramatique 1936

 –Notez que les éléments utilisés ici ont pour source la Société d’histoire de la Seigneurie de Monnoir et l’Album du 200ème anniversaire de la paroisse Sainte-Marie-de-Monnoir.

%d blogueurs aiment cette page :